Le lierre, plante parasite des arbres

si aucune des rubriques ci-dessus n'est adaptée à votre question ou observation, c'est ici que vous pouvez la poster.
Répondre
Amphib
Messages : 5
Inscription : 17 nov. 2008, 19:28
Localisation : TOURS 37
Contact :

Le lierre, plante parasite des arbres

Message par Amphib » 22 déc. 2008, 20:29

On constate facilement en se promenant que certains lierres sont très développés. Le diamètre de leur tronc qui enserre celui de l'arbre support est parfois aussi important que celui-ci.
Mais il me semble que le lierre ne fait que s'accrocher sur un tronc qui le supporte et lui permet de s'élever vers la lumière.
Je crois qu'il ne prélève aucune sève, alors comment se peut-il que le lierre tue un arbre ? Est-ce une sorte d'étouffement ?
Quelqu'un peut-il préciser ce qui se passe dans ce cas ? Si le lierre ne prélève pas de sève, peut-on vraiment dire que c'est une plante parasite ?
Le gui pour sa part, en est bien une.
:?:

leoia
Messages : 97
Inscription : 07 nov. 2008, 11:47
Localisation : Nord
Contact :

Message par leoia » 27 déc. 2008, 22:39

bonjour Amphib,

Le lierre n'est pas a priori un parasite. Pour les arbres en bon état, pas de problème particulier pour supporter un lierre. La croissance de notre hôte à feuillage persistant semble accompagner la ramure de son hôte et se limiter au trois quart.
Le lierre a un cycle de vie décalé (floraison, fructification...). En hiver, il peut profiter pleinement de la lumière, même si la durée des jours est courtes.(les bulbes à floraison printanière en font autant). En saison feuillée, il en dispose de beaucoup moins.
Il a une autre particularité, c'est qu'il possède deux types de feuilles. Si vous observez bien, vous trouverez des feuilles en forme de coeur, et d'autres à trois 'doigt' sur le même sujet. Il y a les feuilles d'en bas, puis celles d'en haut.
Pour un arbre malade, à faible croissance ou dépérissant, il en est tout autre. Le lierre continue sa croissance et englobe son hôte...pour finir parterre. Donc aucun intérêt à faire défaillir son support, me direz-vous !
C'est donc sur les sujets malades ou mourrants que les lierres ressemblent à des vampires, sans pour autant en être.

Le gui, quant à lui, ne serait pas un parasite complet, mais seulement un semi-parasite. Sa ponction de sève ne concerne que la sève brute. (très très schématiquement, l'eau et les sels minéraux venant du sol) Il produit lui-même sa sève élaborée (très très schématiquement, la transformation en sucre nutritif de l'eau des branches) à l'aide de la photosynthèse dans ses propres feuilles. L'arbre devient, en quelque sorte, ses racines.
Donc là aussi, aucun intérêt à faire défaillir son support.
La particularité du gui réside dans la difficulté de développement de sa graine. Pendant la première année, le gui serait épiphyte et donc entièrement dépendant des conditions climatiques de l'été suivant sa germination. (Chers amis, l'été pourri ravi le gui).

La présence du gui sur un arbre est plus problématique que celle d'un lierre. La concurrence sur la sève, surtout au redémarrage de printemps, peu être fatale à un vieux pommier recouvert de gui.

Continuez donc à installer le gui chez vous, vous porterez aussi bonheur aux arbres.

Si le lierre et le gui existent c'est qu'il doit y avoir une bonne raison que dame nature nous a caché. Continuons à chercher, sans vouloir tout détruire...

leoia.

leoia
Messages : 97
Inscription : 07 nov. 2008, 11:47
Localisation : Nord
Contact :

Message par leoia » 28 janv. 2009, 22:24

bonjour à tous,

juste une nouvelle info au sujet du lierre.
Il a aussi le pouvoir de protéger le tronc des arbres. En effet les chevreuils qui broutent le lierre présent au bas du tronc ne s'attaquent pas à l'écorce. Ils passent au tronc suivant et ainsi de suite. Si vous observez bien les milieux boisés, en cette saison, les arbres couverts de lierre ont les pieds "nus", depuis le sol jusqu'à environ un mètre de hauteur.

bien à vous,
leoia.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invités