Daniel 4 (page 2 sur 2)

Alors Daniel, nommé aussi Beltchatsar, demeura un moment interloqué : ses pensées l'effrayaient. Le roi reprit et dit :
« -Beltchatsar, que le songe et son explication ne te troublent pas !
- Mon Seigneur, répondit Beltchatsar, je souhaiterais que ce songe s'applique à tes ennemis, et sa signification à tes adversaires !
Tu as vu grandir et se développer un arbre dont la cime touchait le ciel et que l'on voyait de toute la terre.
Cet arbre au feuillage touffu et aux fruits abondants fournissait de la nourriture pour tous les êtres vivants. Les animaux sauvages venaient s'abriter sous lui et les oiseaux nichaient dans ses branches.
Cet arbre, ô roi, c'est toi ! Car tu es devenu grand et puissant. Ta grandeur s'est accrue, elle atteint jusqu'au ciel et ta domination s'étend jusqu'aux confins de la terre.
Le roi a vu ensuite l'un de ceux qui veillent, un saint, descendre du ciel et crier : "abattez l'arbre et détruisez-le ! laissez toutefois en terre la souche avec les racines, mais liez-les avec des chaînes de fer et de bronze dans l'herbe des champs, qu'il soit trempé de la rosée du ciel, et qu'il partage le sort des animaux sauvages jusqu'à ce que sept temps aient passé."
Voici ce que cela signifie, ô roi ! Il s'agit la d'un décret du Très-Haut prononcé contre mon seigneur le roi.
On te chassera du milieu des humains et tu vivras parmi les bêtes sauvages. Tu te nourriras d'herbe comme les bœufs et tu seras trempé de la rosée du ciel. Tu seras dans cet état durant sept temps, jusqu'à ce que tu reconnaisses que le Très-Haut est le maître de toute royauté humaine et qu'il accorde la royauté à qui il lui plaît.
Mais si l'on a ordonné de préserver la souche avec les racines de l'arbre, c'est que la royauté te sera rendue dès que tu auras reconnu que le Dieu des cieux est souverain.
C'est pourquoi, ô roi, voici mon conseil : puisses-tu juger bon de le suivre ! Détourne-toi de tes péchés et fais ce qui est juste ! Mets un terme à tes injustices en ayant pitié des pauvres ! Peut-être ta tranquillité se prolongera-t-elle.»
Tous ces événements s'accomplirent pour le roi Nabuchodonosor.
En effet, un an plus tard, il se promenait sur la terrasse du palais royal de Babylone.
Il prit la parole et dit :
« - N'est-ce pas la Babylone la grande que moi j'ai bâtie pour en faire une résidence royale ? C'est par la grandeur de ma puissance et pour la gloire de ma majesté que j'ai fait cela.»
Ces paroles étaient encore sur ses lèvres, qu'une voix retentit du ciel :
« - Roi Nabuchodonosor, écoute ce qu'on te dit : le pouvoir royal t'est retiré !
On te chassera du milieu des humains et tu vivras avec les bêtes sauvages, tu te nourriras d'herbe comme les boeufs Tu seras dans cet état durant sept temps, jusqu'à ce que tu reconnaisses que le Très-Haut est maître de toute royauté humaine et qu'il accorde la royauté à qui il lui plaît.»
Au même instant, la sentence prononcée contre Nabuchodonosor fut exécutée : il fut chassé du milieu des hommes, il se mit à manger de l'herbe comme les boeufs et son corps fut mouillé par la rosée du ciel, sa chevelure devint aussi longue que des plumes d'aigle et ses ongles ressemblaient aux griffes des oiseaux.
Au terme du temps annoncé, moi, Nabuchodonosor, je levai les yeux vers le ciel, et la raison me revint. Je remerciai le Très-Haut, je louai celui qui vit éternellement, et je proclamai sa gloire : sa souveraineté est éternelle et son règne dure d'âge en âge.
Devant lui, tous les habitants de la terre ne comptent pour rien, il agit comme il l'entend envers l'armée des êtres célestes et envers les habitants de la terre. Personne ne peut s'opposer à ses interventions ou lui dire : "Que fais-tu là ?"
à l'heure même, la raison me revint, la gloire de ma royauté, la majesté et la splendeur me furent rendues : mes conseillers et mes dignitaires me rappelèrent et je fus réinstallé sur mon trône avec un surcroît de grandeur.
Maintenant, moi, Nabuchodonosor, je loue, j'exalte et je glorifie le Roi des cieux, car il agit en accord avec ses paroles [3]et tout ce qu'il fait est juste, il a le pouvoir d'abaisser ceux qui vivent dans l'orgueil.

Note :
3 - D'autres comprennent : il agit avec droiture.



Retour
     · Plan du site · Glossaire · Forum · Liens ·
     
· ajouter aux favoris · l'auteur · Contribution · livre d'or · Les passions, voyages, 1500 poèmes, La Fontaine
Copyright© 2000 · 2019 - Le contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - 2.0 France
Pas d’Utilisation Commerciale