Citronnier,, (Jardin.) [Auteur: Jaucourt] (Page 3:489)

Citronnier, (Jardin.) du Latin citreum, citrum, malus medica. Plin. Virgil.

Définition. Illaesum retinet citrus aurea frondis honorem, Malaque floriferis haerent pendentia ramis, Veris & autumni pulcherrima dona.

-- 3:490 -- [Page originale]

C'est en effet cet arbre admirable, toûjours verd, que le printems confondu pour ainsi dire avec l'automne, présente à nos yeux chargé de fleurs & de fruits, dont les uns tombent par la maturité, tandis que d'autres commencent à mûrir, & d'autres commencent seulement à paroître. Rival de l'oranger, & méritant peut - être la préférence, il n'en differe que par son fruit & par ses feuilles qui sont larges & roides comme celles du laurier, mais sans talon.

Ipsa ingens arbos, faciemque simillima lauro: Et si non alium latè jactaret odorem, Laurus erat: folia haud ullis labentia ventis: Flos apprimè tenax: animas, & olentia Medi Ora fovent illo, & senibus medicantur anhelis. Virg. II. Georg. v. 131.

« L'arbre dont je parle, originaire de la Médie, s'éleve fort haut, & ressemble au laurier. Si l'odeur qu'il répand n'étoit pas différente, on pourroit aisément le confondre avec le laurier. Ses feuilles résistent au souffle des aquilons, & sa fleur est fort adhérente aux branches où elle est attachée. Les Medes s'en servent pour mettre dans la bouche une odeur agréable, & pour fortifier les vieillards asthmatiques ».

Sa description. (Geoffroi, mat. med.) Il est médiocrement haut dans nos jardins. Sa racine est branchue, & s'étend en tous sens: elle est ligneuse, & couverte d'une écorce jaune en - dehors, blanche en - dedans. Son tronc n'est pas fort gros; son bois est blanc & dur; son écorce est d'un verd pâle. Ses branches sont nombreuses, longues, grêles, & fort pliantes; les plus vieilles sont d'une couleur verte jaunâtre, & garnies de pointes blanchâtres: celles qui sont jeunes, sont d'un beau verd gai; l'extrémité des branches & des feuilles est fort tendre, & d'un rouge brun.

Ses feuilles approchent de la grandeur de celles du noyer; elles sont souvent mousses, quelquefois pointues, & presque trois fois plus longues que larges; plus vertes en - dessus qu'en - dessous, legerement dentelées en leur bord, garnies de veines qui viennent de la côte épaisse qui est dans le milieu, quelquefois ridées & comme bosselées; elles sont en grand nombre, & durent pendant tout l'hyver, d'une bonne odeur, ameres: elles paroissent percées de trous, ou plûtôt parsemées de points transparens, quand on les regarde au soleil, de même que celles du millepertuis. La plûpart des feuilles ont une épine contiguë à la partie supérieure, & voisine du bourgeon: la pointe de cette épine est rougeâtre, verte dans le reste, fort roide, & assez longue.

Ses fleurs sont en grand nombre au sommet des rameaux, où elles forment comme un bouquet; elles sont en rose, composées le plus souvent de cinq pétales charnus, disposés en rond & refléchis, parsemés de rouge en - dehors, blancs dans tout le reste; soûtenus par un petit calice verd, découpé en cinq quartiers, renfermant beaucoup de filets d'étamines blanchâtres, & surmontés d'un sommet jaune. Ces fleurs ont une odeur foible, & sont d'abord douçâtres, ensuite ameres: les unes sont fertiles, ayant au milieu des étamines un pistil longuet, qui est l'embryon du fruit; & les autres sont stériles, étant sans pistils: celles - ci tombent bientôt, & les autres subsistent.

Ses fruits sont souvent oblongs, quelquefois sphériques, d'autrefois pointus à leur sommet, quelquefois mousses; leur superficie est ridée & parsemée de tubercules: souvent ils ont neuf pouces de longueur, & quelquefois davantage; car ils varient en grandeur & en pesanteur. Quelques - uns pesent jusqu'à six liv.

Leur écorce extéreure est comme du cuir, mince, amere, échauffante, verte dans le commencement, de couleur d'or dans la maturité, d'une odeur pénétrante. Leur écorce intérieure ou la chair, est épaisse & comme cartilagineuse, ferme, blanche, douçâtre, un peu acide, & légerement odorante, partagée intérieurement en plusieurs loges pleines d'un suc acide contenu dans des vésicules membraneuses.

Enfin chaque fruit contient beaucoup de graines. Quelques - uns en ont plus de cent cinquante, renfermées dans la moelle vésiculaire. Elles sont oblongues, d'un demi - pouce de longueur, ordinairement pointues des deux côtés, couvertes d'une peau un peu dure & membraneuse, amere, jaune en - dehors, cannelée, & renfermant une amande blanche, mêlée d'amertume & de douceur.

Son origine. Le citronnier, comme le prouvent ses noms latins, a été d'abord apporté de l'Assyrie & de la Médie en Grece, de - là en Italie & dans les provinces méridionales de l'Europe. On le cultive en Sicile, en Portugal, en Espagne, en Piémont, en Provence, & même dans quelques jardins du nord, où il donne des fruits, mais bien inférieurs à ceux des climats chauds. On cultive encore cet arbre à la Chine, aux Indes orientales & occidentales, & en Amérique, au rapport du chevalier Hans - Sloane. Voyag. à la Jam. tom. II. pag. 176.

Ses especes. Les Botanistes en distinguent une dixaine d'especes principales, quoiqu'ils n'ignorent pas que les jardiniers de Genes, qui en est la grande pepiniere pour l'Europe, sont si curieux d'étendre certe variété, qu'ils l'augmentent tous les jours.

L'espece de citronnier la plus estimée est celle de Florence, dont chaque citron se vend à Florence même cinquante sous de notre monnoie: on en envoye en présent dans les différentes cours de l'Europe. Cette espece particuliere ne peut venir dans sa perfection, que dans la plaine qui est entre Pise & Livourne; & quoiqu'on ait transporté ces sortes de citronniers du lieu même en divers autres endroits choisis d'Italie, ils perdent toûjours infiniment de cet aromate, de cette finesse de goût que leur donne le terroir de ces plaines.

Son usage chez les Romains. On ne mangeoit point encore de citron du tems de Pline; & Plutarque rapporte qu'il n'y avoit pas long - tems qu'on en faisoit usage en qualité d'aliment lorsqu'il vint au monde. Au rapport d'Athenée, on regardoit alors les citrons comme une chose d'un très - grand prix; on en enfermoit avec des hardes pour les garantir des teignes, & leur donner en même tems une odeur agréable: c'est de - là sans doute que vient le nom de vestis citrosa. On mangeoit déjà le citron du tems de Galien, & Apicius nous a conservé la maniere dont on l'accommodoit.

Comme le citronnier est ensuite par - tout devenu très - commun, on trouve dans les ouvrages des modernes un nombre immense d'observations sur les vertus de cet arbre & de son fruit, dont plusieurs parties sont d'usage en medecine. Voyez Citron (Chimie.)

Il y a des citrons qui sont en même tems oranges, c'est - à - dire que certain nombre de côtes ou plûtôt de coins solides, continués jusqu'à l'axe du fruit, sont d'orange, & les autres de citron: ce nombre de côtes est non - seulement différent, mais quelquefois différemment mêlé en différens fruits. Est - ce un effet de l'art, ou sont - ce des especes particulieres (Hist. de l'acad. des Sc. 1711. & 1712.)? Si c'est un effet de l'art, seroit - ce par des poussieres appliquées à des pistils étrangers que cette merveille arrive? On pourroit le soupçonner sur des exemples approchans qui s'en trouvent chez quelques animaux, si l'analogie du regne animal au végétal étoit recevable en Physique. Ce seroit bien - là une maniere élégante

-- 3:491 -- [Page originale]

d'avoir de nouvelles especes de fruit; mais il faut attendre les expériences avant que de prononcer.

Il est parlé dans les éphémerides d'Allemagne (Ephem. N. C. dec. 1. ann. 9. obs. 3. dec. 2. ann. 2. obs. 11.) de citrons monstrueux en forme de main; & le P. Dentrecolle (Lett. édifiantes, tom. XX. pag. 301.) a envoyé de la Chine la figure d'un citron nommé main de Dieu par les Chinois, & dont ils font grand cas pour sa beauté & pour son odeur. Ce fruit est tel par sa forme, qu'on croit voir les doigts d'une main qui se ferme; & sa rareté a engagé les ouvriers Chinois à imiter ce fruit avec la moëlle du tong - stao, qu'ils tiennent en raison par divers fils de fer qui figurent les doigts. Le citron des curieux d'Allemagne venoit - il des semences de celui de la Chine, ou sa forme venoit elle de causes particulieres qui avoient changé son espece?

Voici une autre singularité, ou plûtôt monstruosité bien plus étrange, dont parlent quelques auteurs. G'est d'un citron qui naît enfermé dans un autre, citrum in citro: mais d'abord il faudroit l'avoir vû; & peut - être quand on l'auroit vû, en abandonner l'explication: car il ne s'agit pas dans le fait d'un fruit double ou gemeau, & qui se forme accouplé, lorsque deux boutons naissent d'une même queue si près l'un de l'autre, que les chairs se confondent à cause de leur trop grande proximité. C'est ici, dit - on, un citron qui sort du centre de l'autre, ou plûtôt c'est ici peut - être un fait mal vû & mal rapporté. Ceux qui en donnent l'explication par l'abondance de la séve, n'expliquent point le phénomene, parce qu'on ne comprend pas que la force & la fécondité de la seve produisent de soi un citron contenu dans un autre, sans l'entremise de sa queue, de sa fleur, & de tous les organes dans lesquels la matiere de la production ordinaire du fruit est préparée.

Du bois de citronnier des anciens. Il me reste à parler du bois de citronnier des anciens, qui étoit très - rare & très - estimé à Rome. Il falloit être extrèmement riche & magnifique pour en avoir seulement des lits, des portes, ou des tables; c'est pourquoi Pline a écrit: on employe rarement le bois de cet arbre pour les meubles, même des plus grands seigneurs. Cicéron en avoit une table, qui avoit coûté deux mille écus. Asinius Pollio en avoit acheté une trente mille livres; & il y en avoit de plus de quarante mille écus: ce qui faisoit cette différence de prix, c'étoit ou la grandeur des tables, ou la beauté des ondes & des noeuds. Les plus estimées étoient d'un seul noeud de racine.

La promesse qu'Horace fait à Venus de la part de aximus, Lib. IV. od. j.

Albanos prope te lacus Ponet marmoream sub trabe citrea;

« il vous dressera une statue de marbre dans un temple de bois de citronnier près du lac d'Albe »: cette promesse, dis - je, n'est pas peu considérable: car un temple boisé de citronnier, devoit être d'une prodigieuse dépense. Ce temple de Vénus n'auroit pourtant pas été le premier où l'on auroit employé de ce bois: on n'a qu'à lire pour s'en convaincre Théophraste, L. V. ch. v. & Pline, L. XII. ch. 16.

Nous voyons par ce détail que je dois au P. Sanadon, qu'il ne s'agit pas ici du bois de notre citronnier; mais nous ignorons quel arbre étoit le citrea d'Horace, nous ne le connoissons plus.

Il est parlé dans l'Ecriture du bois almugim (III. liv. des Rois, ch. x. v. xj.), qui a aussi exercé tous les savans; les uns prétendent que c'est le sabinier, d'autres l'acacia, & d'autres enfin entendent par almugim, des bois gras & gommeux: mais puisque c'étoit un bois rare que la flotte d'Hiram apporta d'Ophir, & qu'on n'avoit jamais vû jusqu'à ce jour - là, l'opinion la plus vraissemblable est que c'étoit du bois de thuya, comme l'a traduit la vulgate, c'est - à - dire du bois de cedre d'Afrique; parce que suivant toute apparence, le pays d'Ophir étoit la côte de Sophala en Afrique. Ainsi peut - être que le bois almugim ou le cedre d'Afrique, pourroit bien être le bois de citre d'Horace, si rare, si recherché par sa bonne odeur, ses belles veines, & sa durée.

Auteurs anciens. Les littérateurs peuvent consulter ici Dioscor. liv. I. c. cxxxj. Théophr. hist. plant. liv. IV. ch. jv. Athenée, liv. III. ch. vij. viij. Pall. R. R. liv. IV. tit. x. liv. VIII. tit. iij. Plin. XII. iij. XV. xjv. xxviij. XVI. xxvj. XVII. x. XVIII. vj. Geop. liv. X. c. vij. viij. jx. Macrob. II. saturn. xv. Paulus, lib. I. c. viij. l. VII. c. iij. v. Solin. c. xlvj. salmasii exercit. Plin. 666. Apicius, l. I. c. xxj.

Auteurs modernes. Et parmi les modernes, Commelinus (Joh.), in Hesperidibus Belgicis. August - Vindel. 1676. fol. en Hollandois.

Ferrarius (Joh. Bapt.), Hesperides. Roma, 1646. fol. cum fig. belle impression; figures encore plus belles; ouvrage excellent; édition originale.

Geoffroi, Mat. med. tom. VI. très - bon.

Grube (Herman), analysis mali citrei. Hafniae, 1668. in - 8°. Ham. 1674. in - 4°. compilation des plus médiocres.

Jovianus (Joh.), horti hesperidum, lib. II. Basileae, 1538. in - 8°.

Lanzonus (Joseph), citrologia. Ferraria, 1690. in. 12. Ce petit traité se retrouve dans le recueil de ses ouvrages.

Nati (Petri), observatio de malo limonia citratâ aurantiâ, vulgò la bisarria dicta. Florent. 1674. in - 4°. figur.

Steerbeek (Franc.), citri cultura. Antuerp. 1682. in - 4°. en Flamand, avec de belles figures.

Wolchammer (Jos. Christop.) hesperidum morib. lib. IV. Noriberg. 1713. in - fol. C'est ici la traduction latine de l'ouvrage de cet auteur, qui fut d'abord publié en Allemand, & imprimé à Nuremb. en 1708. in - fol. bon.

On peut consulter Hoffman (Frider.), dans ses ouvrages sur l'utilité du citron en santé & en maladie.

Ferrari, entr'autres bonnes choses, a traité avec beaucoup d'érudition & de connoissances, de la culture du citronnier, qui intéresse la Botanique pratique. Cette culture demande à - peu - près les mêmes soins & la même méthode que celle de l'oranger, comme le remarque Miller. Voyez Oranger.

Nebelius a donné l'anatomie du citron; & Seba, le squelette de la feuille de l'arbre. Ther. t. I. pl. 4. D'un autre côté M. Geoffroi, maître dans son art, a enseigné le procedé de tirer le sel essentiel du citron, en faisant évaporer le suc jusqu'à consistance de syrop clair. Il a aussi trouvé une troisieme maniere de tirer l'huile essentielle du citron, qu'il met au - dessus des deux méthodes dont nous avons parlé. Voyez les Mém. de l'acad. des Scienc. ann. 1721 & 1738. Art. de M. le Chevalier de Jaucourt.

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de Gens de lettres (1751-1772)
Publié sous la direction de Diderot et d'Alembert
Scanné et mis au format électronique par l'Université de Chicago

  Rubrique Connaissance


Achat d'arbres/arbustes



Achats d'arbres et arbustes en ligne :

Planfor
Jardin du Pic vert


 72,00 €
descriptif d'achat Jardin du pic vert

 24,50 €
descriptif d'achat Planfor

Toutes les offres d'achat :

Derniers commentaires sur cet arbre

    Aucun commentaire pour l'instant.

ajouter votre commentaire

notez les arbres/arbustes

écrire ou rejoindre les amis des arbres
     · Plan du site · Glossaire · Forum · Liens ·