Murier, (Jardinage.) [Auteur: Daubenton, Pierre] (Page 10:870)

Murier, s. m. (Jardinage.) morus, arbre dont on connoît trois principales especes: le mûrier noir, qui s'est trouvé en Europe de toute ancienneté; le mûrier blanc, qui est originaire de l'Asie; & le mûrier rouge, qui nous est venu assez récemment de l'Amérique septentrionale. Ces arbres sont si différens, si utiles, si précieux, qu'on ne peut trop s'appliquer à rassembler tous les faits intéressans qui pourront servir à les élever & à les cultiver avec succès. Je traiterai donc de chacun séparément.

Le mûrier noir est un grand arbre dont la tige ordinairement tortueuse, prend une bonne grosseur, mais elle ne se dresse qu'à force de soins. Il jette beaucoup de racines qui n'ont presque point de chevelu, & qui s'étendent beaucoup plus qu'elles ne s'enfoncent. Elles sont fortes & actives; elles s'insinuent sous les pavés, elles pénetrent dans les murs. Son écorce est ridée, épaisse, souple & filamenteuse; ses feuilles sont grandes, dentelées, épaisses, rudes au toucher, lanugineuses en - dessous, & elles se terminent en pointe; la plûpart sont entieres, & quelques - unes diversement échancrées; elles sont d'un verd foncé: elles viennent tard au printems, & elles commencent à tomber dès la fin de l'été. Nulle fleur particuliere à cet arbre; le fruit paroît en même - tems que les feuilles, & il porte les étamines qui doivent le féconder. C'est une sorte de baie assez grosse, longue, grumeleuse, qui est d'abord verte & âcre, qui devient ensuite rouge & acide, & qui est molle, noire & très succulente dans sa maturité. C'est au mois d'Août qu'elle arrive à sa perfection.

Cet arbre est robuste & de longue durée; mais son accroissement est très - lent dans sa jeunesse; il ne se multiplie pas aisément, & il ne réussit pas volontiers à la transplantation, sur - tout lorsqu'il a été arraché depuis quelque tems.

Le mûrier noir aime les lieux tempérés, les plaines découvertes, les pays maritimes: il se plaît aussi sur la pente des monticules, à l'exposition du levant, dans les terres meubles & légeres, franches & sablonneuses, ni trop seches, ni trop humides, dans les potagers, dans les basse - cours, & sur - tout dans le voisinage des bâtimens où il puisse être à l'abri des vents d'ouest & de sud - ouest, qui font tomber son fruit; mais il se refuse au tuf, à l'argille, à la marne & à la craie, à l'humidité trop habituelle, au voisinage des grandes prairies & des eaux stagnantes; il ne réussit pas dans les terres fortes, dures, arides & trop superficielles; il dépérit dans un sol vague & inculte; il craint les lieux trop exposés au froid, l'ombre des grands bâtimens, le voisinage des autres arbres, & on ne le voit jamais prospérer sur la crête des montagnes.

On peut multiplier cet arbre de plusieurs façons; la plûpart fort longues, quelques - unes très incertaines, & d'autres d'une pratique peu aisée. D'abord de rejettons pris au pié des vieux arbres négligés; mais ils sont presque toujours si mal enracinés, qu'ils manquent souvent, ou languissent long - tems. De racines assez grosses, détachées de l'arbre & replantées; autre expédient sujet aux mêmes inconveniens, & encore plus incertain. De boutures qui, faites à l'ordinaire, réussissent en très - petit nombre, & sont huit ou neuf ans à s'élever de six piés. De semences qui sont le moyen le plus long & le plus minutieux; mais le plus convenable à qui veut se procurer un grand nombre de plants. Par la greffe que l'on peut faire de différentes façons, qui réussit difficilement, & qui ne donne pas de beaux arbres; & enfin, de branches couchées, qui sont la voie la plus courte, la plus facile, la plus sûre & la plus propre à donner promptement du fruit.

On peut coucher ces branches depuis le mois d'Octobre jusqu à celui d'Avril; le plutôt sera le meilleur. En couchant les branches du murier noir, il faudra les marcotter. Pour l'exactitude de l'operation, voyez Marcotte. Si la terre est bonne & que l'ouvrage soit bien exécuté, quelques - unes auront d'assez bonnes racines au bout d'un an; il sera pourtant plus sûr de ne les enlever qu'après la seconde année: mars si l'on veut avoir des plants un peu forts & bien conditionnés, il faudra ne les transplanter qu'au bout de trois ans, & l'on sera bien dedommagé de l'attente par le progrès qui suivra. Si l'on vouloit par cette même méthode se procurer un plus grand nombre de plants, il faudroit coucher en entier un mûrier de moyenne grandeur, marcotter toutes ses branches, & les couper à trois pouces au - dessous de terre; de cette façon on accéléreroit du double l'accroissement des plants, & ils seroient plus forts, plus grands, mieux dressés & mieux enracinés au bout d'un an, que les marcottes faites au pié de l'arbre ne le seroient après deux ou trois ans.

Pour faire des boutures de murier, on prend ordinairement des jeunes rejettons de cet arbre, que l'on coupe de six ou sept pouces de longueur que l'on plante droits, comme un poireau dans des platebandes à l'ombre, que l'on abrite contre le soleil, que l'on arrose fréquemment, & qui avec tous les soins possibles ne réussissent qu'en très - petit nombre; encore ces foibles productions sont elles deux ou trois ans à languir & à dépérir en partie: mais on peut faire ces boutures avec plus de succès. Il faut au mois d'Avril prendre sur un arbre vigoureux les plus forts rejettons de la derniere année, les couper avec deux ou trois pouces de vieux bois, choisir ceux qui pourront avoîr au moins deux à trois piés de longueur; on préparera, n'importe à quelle exposition, une planche de bonne terre de potager, meuble, légere, moëlleuse, qu'il faudra mêler de bon terreau & la bien cultiver jusqu'à deux piés de profondeur: la planche ainsi disposée, l'on commencera par faire à l'un des bouts une fosse de deux piés de largeur & de six à huit pouces de profondeur; on y couchera douze ou quinze branches auxquelles on fera faire le coude le plus qu'il sera possible sans les casser; on les arrangera de maniere qu'elles ne sortiront de terre que d'environ trois pouces, & qu'elles borderont l'extrémité de la planche: ensuite on couvrira ces boutures à peu - près de six ou huit pouces de terre en hauteur & en épaisseur du côté que les branches sont coudées; puis on élargira d'autant la fosse; on formera une autre rangée de branches couchées & relevées contre cette bute de terre; on les recouvrira de même, & on continuera de suite jusqu'à ce que toutes les branches soient couchées: nul abri contre le soleil, nul autre soin après cela que de faire arroser abondamment ces boutures une fois la semaine dans les grandes sécheresses. Il en manquera peu, elles pousseront même assez bien dès la premiere année, & elles feront plus de progrès en cinq ans, que les boutures faites de l'autre façon n'en feront en dix années. Il faudra les lever au bout de trois

-- 10:871 -- [Page originale]

ans, retrancher le superflu de la racine tortueuse, & les mettre en pépiniere. On pourra même replanter ces morceaux de racines qui auront au moins un pié de longueur & qui formeront promptement de nouveaux plants. On trouve encore dans les anciens anteurs d'agriculture une autre méthode de faire des boutures, qui peut avoir son mérite; c'est de prendre une grosse branche de mûrier, de la scier en tronçons d'un pié de long, de les enfoncer tout entiers sur leur bout dans la terre, en sorte qu'ils n'en soient recouverts que d'environ trois doigts: le bas du tronçon fait racine, le dessus pousse plusieurs tiges; cette pratique est très - convenable pour former des meres.

Pour faire venir le mûrier de graine, l'on choisit les plus grosses mûres noires, & de la plus parfaite maturité, celles sur - tout qui tombent d'elles - mêmes: on dépose les mûres sur un grenier pendant quelques jours pour qu'elles achevent de s'y mûrir: on a soin de les remuer chaque jour pour empêcher la fermentation & la pourriture. Quand on croit la maturité à sa perfection, on met les mûres dans un baquet d'eau; on les frotte avec la main pour en séparer la graine en les écrasant & en délayant la pulpe: par ce moyen la bonne graine tombe au fond du baquet, dont on rejette tout ce qui surnage: on verse doucement l'eau en inclinant le baquet, on repasse la graine dans plusieurs eaux pour commencer de la nettoyer: on la fait sécher à l'ombre, ensuite on en ôte toute la malpropreté, & on la met dans un lieu sec pour ne la semer qu'au printems. Il est vrai qu'on pourroit le faire aussitôt après la récolte, & pour le plutôt, dans ce climat, au commencement d'Août; mais on s'exposeroit au double inconvenient de voir périr les jeunes plants ou par les chaleurs de la canicule, ou par les gelées de l'hiver subséquent; à moins que l'on n'eût pris les plus grandes précautions pour les garantir de ces deux extrèmes: encore n'en résulteroit - il aucune accélération dans l'accroissement. J'ai souvent éprouvé que les plants venus de graine semée au printems, surpassoient en hauteur & en beauté ceux qui avoient été semés l'été précédent. Le mois d'Avril du dix au vingt, est le tems le plus convenable pour cette opération: si on vouloit le faire plutôt, il faudroit semer sur couche: on les avance beaucoup par ce moyen, & les jeunes plants sont en état d'être mis en pépiniere au bout d'un an; mais ils exigent de cette façon beaucoup de soins & des arrosemens continuels. Cette méthode ne peut convenir que pour une petite quantité de graine: il faut préférer la pleine terre pour un semis un peu considérable. Il faut choisir à une bonne exposition une terre de potager qui soit meuble, légere, fraîche, en bonne culture & mêlée de fumier bien consommé, ou de terreau de couche. On la disposera en planches de quatre piés de largeur, sur chacune desquelles on formera en longueur quatre ou cinq rayons d'un bon pouce de profondeur, on y semera la graine aussi épais que pour la laitue: il faut une once de graine de mûrier pour semer une planche de trente piés de long, qui pourra produire quatre à cinq mille plants. Si la graine que l'on veut semer paroît desséchée, on fera bien de la laisser tremper pendant vingt - quatre heures, afin d'en avancer la germination. Pour recouvrir la graine, il faut se servir de terreau de couche bien consommé & passé dans un crible fin; on répandra ce terreau avec la main sur les rayons, en sorte que la graine ne soit recouverte au plus que d'un demi - pouce d'épaisseur: on observe sur - tout qu'il faut faire ce dernier ouvrage avec grande attention; car c'est le point essentiel de l'opération, & d'où dépendra principalement tout le succès: enfin, on laissera les planches en cet état sans les niveller en aucune façon. Il ne sera pas inutile, quoiqu'on puisse s'en dispenser, de prendre la précaution de garnir les planches d'un peu de paille longue, fort éparse pour ne laisser pénétrer l'air & le soleil qu'à demi, & pour empêcher que la terre ne soit battue par les arrosemens; mais il faudra les faire légerement & modérément, de deux ou trois jours l'un, à proportion que la sécheresse se fera sentir. La graine levera communément au bout de trois semaines. L'on continuera les arrosemens, toujours avec discrétion, selon le besoin, & l'on ôtera soigneusement les mauvaises herbes par de fréquens binages, avec d'autant moins d'inconveniens, que les rayons du semis seront plus espacés. Ce ne sera guere qu'au bout de trois ans que la plûpart des jeunes plants seront assez forts pour être mis en pépiniere; & il faudra cinq ou six autres années pour les mettre en état d'être transplantés à demeure.

La gresse n'est pas un moyen de grande ressource pour la multiplication du mûrier noir, parce qu'elle réussit difficilement, & qu'il n'en résulte aucune accélération d'accroissement. Le mûrier noir peut se greffer sur le mûrier blanc de toutes les façons usitées pour la greffe, si ce n'est que celle en fente réussit très - rarement. De toutes les méthodes, celles en écusson & en flûte sont les meilleures. La greffe en flûte se fait avec le plus de succès au commencement du mois de Juin; mais comme cette pratique est minutieuse, & qu'on ne peut l'appliquer qu'à des petits sujets, on préfere la greffe en écusson, qui est plus facile, plus expéditive & plus assurée. Cette greffe se fait dans les mêmes saisons que pour les arbres fruitiers; c'est - à - dire dans la premiere seve, ce qui s'appelle écussonner à la pousse; & durant la seconde seve, ce qui se nomme l'écusson à oeil dormant. Si l'on greffe dans le premier tems, les écussons ne poussant que foiblement, sont sujets à périr pendant l'hiver: il sera donc plus prudent de ne greffer qu'à oeil dormant à la fin de Juillet, ou dans le mois d'Août. Quoique ces écussons réussissent communément, & qu'on les voie pousser vigoureusement au printems suivant, il y a encore les plus grands risques à courir. Le peu de convenance qu'il y a entre le sujet & la greffe tourne à inconvenient. La seve surabondante du mûrier blanc ne trou vant pas la même souplesse dans les fibres, ni peut - être la même texture dans le bois du mûrier noir, s'embarrasse, se gonfle, s'extravase, & fait périr la greffe; c'est ce que j'ai vu souvent arriver.

Le mois d'Octobre est le tems le plus propre à la transplantation de cet arbre, lorsqu'il est d'une grosseur suffisante pour être placé à demeure. Maiss'il est question de mettre de jeunes plants en pépiniere, il ne faudra les y planter qu'au mois d'Avril. Il ne faut à cet arbre qu'une taille toute ordinaire. On aura seulement attention, lorsqu'on le transplante, de n'accourcir ses racines que le moins qu'il sera possible, parce que n'ayant presque point de chevelu, il leur faut plus de volume pour fournir les sucs nécessaires au soutien de l'arbre. Il faut beaucoup de culture au mûrier noir dans sa jeunesse seulement; mais j'ai remarqué qu'après qu'il est transplanté à demeure, qu'il est repris, bien établi & vigoureux, il faut cesser de le cultiver, & qu'il profite davantage, lorsqu'il est sous un terrein & sous une allée sablée surtout.

La feuille de mûrier noir est la moins propre à la nourriture des vers - à - soie, & on ne doit absolument s'en servir que quand on ne peut faire autrement, parce qu'elle ne produit qu'une soie grossiere, sorte, pesante & de bas prix; mais on peut la faire servir à la nourriture du bétail: elle lui profite & l'engraisse promptement. Jamais les feuilles du mûrier ne sont endommagées par les insectes, & on en peut faire un bon dépilatoire en les faisant tremper dans l'urine.

-- 10:872 -- [Page originale]

Elles ont encore la vertu de chasser les punaises, & d'enlever les rousseurs du visage.

Les mûres sont bonnes à manger; elles sont assez agréables au goût, & même fort saines. Mais de tous les fruits qui se mangent, il n'y a peut - être que celui du mûrier dont il ne faut pas attendre la parfaite maturité, pour qu'il soit profitable. Les mûres doivent seulement être d'un rouge tirant sur le noir pour faire un bon aliment, encore n'en devroit on manger que quand on a l'estomac vuide; elles excitent l'appétit, & elles sont rafraîchissantes. On en fait du syrop pour les maux de gorge. Si l'on veut avoir des mûres très - grosses, il faut mettre le mûrier noir en espalier contre un mur exposé au nord.

Le bois du mûrier noir est jaune dans le coeur, & son aubier est blanchâtre. Il est compacte, pliant & plus dur que celui du mûrier blanc: il est de longue durée; il noircit en vieillissant, & il résiste dans l'eau presqu'aussi - bien que le chêne; aussi peut - on l'employer au pilotage: il est propre au charronage, à la menuiserie; on en tire des courbes pour les bateaux; on peut le faire servir aux mêmes ouvrages où l'on emploie l'orme. Ce bois, loin d'engendrer aucune vermine, a, comme les feuilles, la vertu de chasser les punaises. Il reçoit un beau poli, ce qui le fait rechercher par les tourneurs, les ébénistes & les graveurs; c'est même un bon bois de chauffage.

Le mûrier blanc, arbre de moyenne grandeur; l'un des plus intéressans que l'on puisse cultiver pour le profit des particuliers & pour le bien de l'état. Cet arbre est la base du travail des soies, qui font en France une branche considérable de commerce. Après la toile qui couvre le peuple, & la laine qui habille les gens de moyen état, la soie fait le brillant vêtement des grands, des riches, des femmes surtout, & de tous les particuliers qui peuvent se procurer les superfluités du luxe. On la voit décorer les palais, parer les temples, & meubler toutes les maisons où regne l'aisance. Cependant c'est la feuille du mûrier blanc qui fait la source de cette prétieuse matiere; il s'en fait une consommation si considérable dans ce royaume, que malgré qu'il y ait déja près de vingt provinces qui sont peuplées de mûriers, & où l'on fait siler quantité de vers à soie, néanmoins il faut tirer de l'étranger pour quatorze ou quinze millions de soies. Et comme la consommation de nos manufactures monte à ce qu'on prétend à environ vingt - cinq millions, il résulte que les soies qui viennent du cru de nos provinces ne vont qu'à neuf ou dix millions. Ces considérations doivent donc engager à multiplier de plus en plus le mûrier blanc. Les particuliers y trouveront un grand profit, & l'état un avantage considérable. C'est donc faire le bien public que d'élever des mûriers. Quoi de plus séduisant!

Le mûrier blanc tire son origine de l'Asie. Dans les climats tempérés & les plus orientaux de cette vaste partie du monde, le mûrier & les vers à soie ont été connus de toute ancienneté. L'arbre croît de lui - même, & l'insecte s'engendre naturellement à la Chine. Qui peut savoir l'époque où le chinois a commencé à taire usage des cocons de soie qui se trouvoient sur le mûrier? Peu - à - peu cet arbre a traversé les grandes Indes pour prendre dans la Perse le plus solide établissement; de - là il a passé dans les îles de l'Archipel, où on a filé la soie dès le troisieme siecle. La Grece est redevable à des moines de lui avoir apporté dans le sixieme siecle, sous l'empereur Justinien des oeufs de l'utile insecte, & des graines de l'arbre qui le nourrit. A force de tems, l'un & l'autre passerent en Sicile & en Italie. Augustin Gallo, auteur italien, qui a écrit sur l'Agriculture en 1540, assure que ce n'est que de son tems qu'on a commencé à élever les mûriers de semence en Italie, d'où on peut conclure que ces arbres n'y étoient alors qu'en petit nombre, puisque ce n'est que par la se mence qu'on peut faire des multiplications en grand Enfin le mûrier a passé en France dans le quinzieme siecle sous Charles VII. il a encore fallu plus de cent années pour faire ouvrir les yeux sur l'utilité qu'on en pouvoit tirer. Henri II. a commencé de jetter quelques fondemens pour établir des manufactures de soie à Lyon & à Tours. Mais Henri IV. ce grand roi, ce pere du peuple, a tenté le premier d'exécuter la chose en grand, la fait élever des mûriers, & a donné de la consistence aux premieres manufactures de soiries. Ensuite a paru avec tant d'éclat Louis XIV. ce roi grand en tout, attentif à tout, & connoisseur en tout. Il avoit choisi pour ministre Colbert: ce vaste génie qui préparoit le bien de l état pour des siecles, sans qu'on s'en doutât, fit les plus grandes offres pour la propagation des mûriers dans les provinces méridionales du royaume; car il étoit raisonnable de commencer par le côté avantageux. Autant il en faisoit planter, autant les paysans en détruisoient. Ils n'envisageoient alors que la privation d'une lisiere de terre, & ne voyoient pas le produit à venir des têtes d'arbres qui devoient s'étendre dans l'air. Le ministre habile imagina le moyen d'intéresser pour le moment le propriétaire du terrein. Il promit vingt - quatre sols pour chaque arbre qui seroit conservé pendant trois ans. Il tint parole, tout prospéra. Aussi par les soins de ce grand homme, le Lyonnois, le Forès, le Vivarez, le bas Dauphiné, la Provence & le Languedoc, la Gascogne, la Guyene & la Saintonge, ont été peuplées de mûriers. Voilà l'ancien fond de nos manufactures de soieries. Il sembloit que ce fussent là des limites insurmontables pour le mûrier; mais Louis XV. ce roi sage, ce pere tendre, l'amour de son peuple, a vaincu le préjugé où l'on étoit, que le reste du royaume n'étoit propre ni à la culture du mûrier, ni à l'éducation des vers à soie. Par ses ordres, feu M. Orry, contrôleur général, à force d'activité & de persévérance, a fait etablir des pepinieres de mûriers dans l'Angoumois, le Berry, le Maine, & l'Orléanois; dans l'île de France, le Poitou & la Tourraine. Il a fait faire en 1741 un pareil établissement à Montbard en Bourgogne; & les états de cette province en 1754 ont non - seulement établi à Dijon une seconde pepiniere de mûriers très étendue & des mieux ordonnées; mais ils ont fait venir du Languedoc des personnes versées dans la culture des mûriers & dans le filage de la soie. M. Joly de Fleury, intendant de Bourgogne, à qui rien d'utile n'échappe, a fait faire depuis dix ans les mêmes dispositions dans la province de Bresse. Enfin la Champagne & la Franche - Comté ont commencé depuis quelques années à prendre les mêmes arrangemens. Le progrès de ces établissemens passe déja les espérances. Quels succès n'a t - on pas droit de s'en promettre!

Le murier blanc fait un arbre de moyenne grandeur; sa tige est droite, & sa tête assez réguliere: ses racines sont de la même qualité que ce les du mûrier noir, si ce n'est qu'elles s'étendent beaucoup plus qu'elles ne s'enfoncent. Son écorce est plus claire, plus souple, plus vive, plus lisse & plus filandreuse. Sa feuille, tantôt entiere, tantôt découpée, est d'un verd naissant d'agréable aspect; elle est plus mince, plus douce, plus tendre, & elle paroît environ 15 jours plûtôt que celle du mûrier noir. Le fruit vient de la même façon, mais plûtôt; il est plus petit. Il y en a du blanc, du purpurin & du noir; il est également douçâtre, fade & desagréable au goût. Il mûrit souvent dès la fin de Juin.

Cet arbre est robuste, vient très promptement, se multiplie fort aisément, réussit, on ne peut pas mieux, à la transplantation, & on peut le tailler ou le tondre sans inconvénient dans presque toutes les saisons. Dans l'intérieur du royaume, & dans les

-- 10:873 -- [Page originale]

provinces septentrionales, il faut mettre le mûrier blanc à de bonnes expositions, au midi & au levant, sur - tout à l'abri des vents du nord & du nord - ouest: ce n'est pas qu'ils ne puissent résister aux intempéries que ces vents causent; mais comme on ne cultive cet arbre que pour ses feuilles, qui servent de nourriture aux vers à soie, il faut éviter tout ce qui peut les flétrir au printems, ou en retarder la venue. Ce mûrier se plait sur les pentes douces des montagnes, dans les terres franches mêlées de sable, dans les terres à blé, dans les terres noires, légeres & sablonneuses, & en général dans tous les terreins où la vigne se plaît. C'est l'indication la plus certaine pour s'assurer s'il fera bien dans un pays. Cet arbre ne réussit pas dans les terres trop légeres, trop arides, trop superficielles; il n'y fait point de progrès. Mais il craint encore plus la glaise, la craie, la marne, le tuf, les fonds trop pierreux, les sables mouvans, la trop grande sécheresse & l'humidité permanente. A ce dernier égard, il faut de l'attention: le mûrier pourroit très - bien réussir le long des ruisseaux, dans les terres où il y a des suintemens d'eau; mais sa feuille perdroit de qualité; elle seroit trop crue pour les vers. Par cette même raison il faut se garder de mettre le mûrier dans les fonds bas, dans les prairies, dans les lieux serrés & ombragés. Cet arbre demande absolument à être cultivé au pié pour produire des feuilles de bonne qualité; c'est ce qui doit empêcher de les mettre dans des terres en sain - soin, en luzerne, &c. mais on ne doit pas l'exclure des terres labourables, dont les cultures alternatives lui font grand bien.

On peut multiplier cet arbre par les moyens que l'on a expliqué pour le mûrier noir; si ce n'est que de quelque façon qu'on éleve le mûrier blanc, il réussit toujours plus aisément, & il vient bien plus promptement que le noir: on prétend même qu'il n'y a nulle comparaison entre ces deux sortes de mûriers pour la vitesse d'accroissement, & c'est avec juste raison; car il m'a paru que le blanc s'élevoit quatre fois plus vite que le noir. Je vais rappeller ces différentes méthodes de multiplication pour les appliquer particulierement au mûrier blanc.

1°. De rejettons enracinés que l'on trouve ordinairement au pié des vieux arbres qui ont été négligés. On fait arracher ces rejettons en leur conservant le plus de racines qu'il est possible: on accourcit celles qui sont trop longues; on met ces plants en pepiniere, & on retranche leur cime à deux ou trois yeux au - dessus de la terre.

2°. Par les racines. Dans les endroits où on a arraché des arbres un peu âgés, les racines un peu fortes qui sont restées dans la terre poussent des rejettons. On peut les faire soigner, & les prendre l'année suivante, pour les mettre en pepiniere de la même façon que les rejettons.

3°. De boutures. Voyez la méthode de les faire qui a été détaillée à l'article du Murier noir. Toute la différence qui s'y trouvera, c'est que les boutures de mûrier blanc feront plus aisément racines, & prendront un accroissement plus prompt, ensorte qu'on pourra les lever & les mettre en pepiniere au bout d'un an.

4°. De branches couchées. Voyez ce qui a été dit à ce sujet pour le murier noir. La différence qu'il y aura ici, c'est qu'il ne sera pas nécessaire de marcotter les branches, & que faisant racine bien plus promptement que celles du mûrier noir, elles seront en état d'être transplantées au bout d'un an.

5°. Par la greffe. C'est - à - dire qu'on peut multiplier par ce moyen les bonnes especes de murier blanc, en les gressant sur celles que l'on regarde comme inférieures, relativement à la quantité de leurs feuilles. Si l'on en croit les anciens auteurs qui ont traité de l'Agriculture, on peut greffer le mûrier sur le terebinthe, le figuier, le poirier, le pommier, le chataignier, le hêtre, l'orme, le tilleul, le frêne, le peuplier blanc, le cormier, l'alisier, l'aubepin, & même sur le groselier. Ces faits ont d'abord été hasardés très - anciennement dans des poésies pour charger l'illusion par des prodiges, ensuite répétés pendant nombre de siecles par un tas d'écrivains plagiaires, puis révoqués en doute par les gens réfléchis; enfin renversés & obscurcis par le flambeau de l'expérience.

Les mûriers venus de semence donnent des feuilles d'une si grande variété, que souvent pas un arbre ne ressemble à l'autre. Il y a des feuilles de toute grandeur: il s'en trouve qui sont entieres & sans découpures; mais la plûpart les ont très - petites & très découpées: ce sont ceux - ci que l'on regarde comme sauvages, parce que leurs feuilles sont de très - peu de ressources pour la nourriture des vers à soie: au lieu que l'on appelle mûriers francs, les mûriers dont les feuilles sont larges & entieres, & sur - tout ceux qui ont été greffés. Il faudra donc prendre des greffes sur les mûriers de bonnes feuilles pour écussonner ceux qui auront des feuilles trop petites ou trop découpées. Voyez au surplus ce qui a été dit de la greffe pour le mûrier noir. Mais il y aura ici une différence considérable, qui sera tout à l'avantage du mûrier blanc. D'abord la greffe leur réussit avec plus de facilité, sur - tout l'écusson à oeil dormant: ensuite on peut greffer des sujets de tout âge, même ceux qui n'ont que deux ans de semence, ou ceux qui ont passé seulement un an dans la pepiniere. Quand les plants sont forts, on les greffe à la hauteur de six piés. Si les arbres sont âgés, & qu'on ne soit pas content de leurs feuilles, on les coupe à une certaine hauteur, on leur laisse pousser de nouveaux rejettons que l'on greffe par après.

6°. De semence. Si l'on n'est pas à portée de se procurer des graines dans le pays, il faudra en faire venir de Bagnols, ou de quelqu'autre endroit du Languedoc; elle sera meilleure & mieux conditionnée que celle que l'on tireroit des provinces de l'intérieur du royaume. Une livre de graine de mûrier blanc coute huit livres environ sur lieu, & elle peut produire soixante mille plants. Voyez sur le tems & la maniere de semer, ce qui a été dit pour le mûrier noir. Mais il y aura à l'égard du mûrier blanc, une grande différence pour l'accroissement. Les jeunes plants du mûrier blanc s'éleveront dès la premiere année, communément à un pié, & quelques - uns à un pié & demi. On pourra donc, & il sera même à propos des le printems suivant au mois d'Avril, d'ôter environ un tiers des plants, en choisissant les plus forts pour les mettre en pepiniere; mais il ne faudra pas se servir d'aucun outil pour lever ces plants, parce qu'en soulevant la terre on dérangeroit quantité des plants qui doivent rester. Le meilleur parti sera de taire arroser largement la planche de mûrier pour rendre la terre meuble & douce; cela donnera la facilité de pouvoir arracher les plants avec la main. Au bout de la seconde année, les plants auront communément quatre à cinq piés, alors il n'y aura plus moyen de différer; il faudra les mettre en pepiniere. Si on les laissoit encore un an, les plants les plus forts étoufferoient les autres; il en périroit la moitié. Il y a un grand avantage à ne mettre ces jeunes plants en pepiniere, que quand ils sont un peu forts, c'est à - dire à l'âge de deux ans; ils exigent alors moins d'arrosemens, moins de culture, & bien moins de soins que quand ils n'ont qu'un an. On suppose que l'on a disposé pour la pepiniere un terrein convenable & en bonne culture. On fait arracher proprement les jeunes plants, que l'on nomme pourette, & après avoir accourci les racines avec discrétion,

-- 10:874 -- [Page originale]

& coupé le pivot sans rien ôter de la cime pour ce moment, on les plante à un pié & demi de distance en rangées d'alignement, éloignées de trois piés l'une de l'autre. Quand la plantation est faite, on coupe toutes les pourettes à deux ou trois yeux au - dessous de terre, & on les arrose selon que le tems l'exige. On ne doit rien retrancher cette premiere année des nouvelles pousses, sans quoi on affoibliroit le jeune plant, attendu que la seve ne s'y porte qu'à proportion de la quantité de feuilles qui la pompent. Mais au printems suivant, il faut supprimer toutes les branches, à l'exception de celle qui se trouvera la mieux disposée à former une tige; encore faudra - t - il en retrancher environ un tiers ou moitié, selon sa longueur, afin qu'elle puisse mieux se fortifier. Ex toutes les fois que les arbres seront trop foibles, il faudra les couper à six pouces de terre; ensuite beaucoup de ménagement pour la taille, ou même ne point couper du tout. Je vois que presque tous les jardiniers ont la fureur de retrancher chaque année toutes les branches latérales pour former une tige qui en quatre ans prend huit à neuf piés de hauteur, sur un demi - pouce de diametre. Voilà des arbres perdus: ils sont foibles, minces, étiolés & courbés. Nul remede que de les couper au pié pour les former de nouveau; car ils ne reprendroient pas à la transplantation. Rien de plus aisé que d'éviter cet inconvénient, qui est très - grand à cause du retard. Il ne faut supprimer des branches que peu - à - peu chaque année, à mesure que l'arbre prend de la force; car c'est uniquement la grosseur de la tige qui doit déterminer la quantité de l'élaguement: & pour donner de la force à l'arbre, il faut pendant l'été accourcir à demi ou aux deux tiers, les branches qui s'écartent trop. Par ce moyen on aura en quatre ans, des arbres de neuf à dix piés de haut sur quatre à cinq pouces de circonférence, qui seront très - propres à être transplantés à demeure. On suppose enfin qu'on aura donné chaque année à la pepiniere un petit labour au printems, & deux ou trois binages pendant l'été pour détruire les mauvaises herbes; car cette destruction doit être regardée comme le premier & le principal objet de la bonne culture. Je ne puis trop faire observer qu'il faut à cet arbre une culture très - suivie, par rapport à ce que les plaies qu'on lui fait en le taillant, se referment difficilement, à moins qu'il ne soit dans un accroissement vigoureux.

La transplantation du mûrier blanc doit se faire en automne, depuis le 20 Octobre jusqu'au 20 Novembre. Il ne faut la remettre au printems que par des raisons particulieres, ou parce qu'il s'agiroit de planter dans une terre forte & humide. Mais un pareil terrein, comme je l'ai déja fait observer, ne convient nullement à l'usage que l'on fait des feuilles du mûrier blanc. Les trous doivent avoir été ouverts l'été précédent, de trois piés en quarré au moins, sur deux & demi de profondeur, si le terrein l'a permis. On fera arracher les arbres avec attention & ménagement: on taillera l'extrémité des racines; on retranchera toutes celles qui sont altérées ou mal placées, ainsi que tout le chevelu. On coupera toutes les branches de la tige jusqu'à sept piés de hauteur environ, & on ne laissera à la tête que trois des meilleurs brins, qu'on rabattra à trois ou quatre pouces. Ensuite après avoir garni le fond du trou d'environ un pié de bonne terre, on y placera l'arbre, & on garnira ses racines avec grand soin, de la terre la plus meuble & la meilleure que l'on aura: on continuera d'emplir le trou avec du terreau consommé, ou d'autre terre de bonne qualité, que l'on pressera contre le collet de l'arbre pour l'assurer. Mais il faut se garder de butter les arbres: c'est une pratique qui leur est préjudiciable. Il vaut mieux au contraire, que le terrein ait une pente insensible autour de l'arbre pour y conduire les pluies & y retenir les arrosemens. Il est difficile de décider la distance qu'il faut donner aux mûriers: elle doit dépendre de la qualité du terrein & de l'arrangement général de la plantation. On peut mettre ces arbres à quinze, dix - huit ou vingt piés, lorsqu'il est question d'en faire des avenues, de border des chemins, ou d'entourer des héritages. Quand il s'agit de planter tout un terrein, on se regle sur la qualité de la terre, & on met les arbres à quinze ou vingt piés. On doit même pour le mieux les arranger en quinconces. Si cependant on veut faire rapporter du grain à ce terrein, on espace ces arbres à six ou huit toises, pour faciliter le labourage. Mais dans ce dernier cas, l'arrangement le moins nuisible, & qui admet le plus de plants, c'est de former des lignes à la distance de huit à dix toises, & d'espacer les arbres dans ces lignes, à quinze, dix - huit ou vingt piés, selon la qualité du sol. Comme en faisant le labourage, la charrue n'approche pas suffisamment des arbres pour les tenir en culture les premieres années, & qu'il faut y suppléer par la main d'homme, il y a un excellent parti à prendre, qui est de planter entre les arbres de jeunes muriers en buisson ou en haie: le tout n'occupe jamais qu'une lisiere de trois ou quatre piés de largeur, que l'on fait cultiver à la pioche. Ces buissonnieres ou ces haies de mûrier ont un grand avantage; elles donnent une grande quantité de feuilles qui sont aisées à cueillir, & qui paroissent quinze jours plûtôt que sur les grands arbres: on peut par quelques précautions, les mettre à couvert de la pluie; ce qui est quelquefois très nécessaire pour l'éducation des vers. On prétend qu'on s'est très bien trouvé dans le Languedoc, de ces buissonnieres & de ses haies, parce qu'elles donnent plus de feuilles que les grands arbres, qu'elles sont plûtôt en état d'en donner, & qu'on peut les dépouiller au bout de trois ans, sans les altérer & sans inconvénient pour les vers; au lieu qu'on ne doit commencer à prendre des feuilles sur les arbres de tige qu'après cinq ou six ans de plantation. Les haies de mûrier se garnissent & s'épaississent si fortement & si promptement, qu'elles sont bien - tôt impénétrables au bétail: ensorte qu'on peut s'en servir pour clore le terrein, & dans ce cas on plante la haie double: le bétail en la rongeant au - dehors la fait épaissir, & travaille contre lui - même. Si dans l'année de la plantation, il survenoit de grandes sécheresses, il faudroit arroser quelquefois les nouveaux plants, & toujours abondamment. Il n'est besoin cette premiere année que de sarcler pour empêcher les mauvaises herbes: elles sont après le bétail le plus grand fléau des plantations. Nul autre soin que de visiter la plantation de tems en tems pendant l'été, pour abattre en passant la main, les rejets qui poussent le long des tiges, & ensuite de couper à chaque printems le bois mort, les branches chiffonnes ou gourmandes, même d'accourcir celles qui s'élancent trop: tout ce qu'il faut en un mot, pour former la tête des arbres & la disposer à la production & à la durée. Quand les arbres seront parvenus à dix - huit ou vingt ans, la plûpart seront alors fatigués, languissans, dépérissans, ou ne produiront que de petites feuilles. Il sera nécessaire en ce cas, de les ététer, non pas en les coupant précisément au - dessous du tronc; ce qui faisant pousser des rejets trop vigoureux & en petit nombre, causeroit un double inconvénient: les feuilles seroient trop crues pour la nourriture des vers, & la tête de l'arbre seroit trop long - tems à se former. La meilleure façon de faire cette tonte, c'est de ne couper que le menu branchage un peu avant la seve. On fait aussi ces tontes peu - à - peu pour ne pas changer tout - à - coup la qualité des feuilles. On prétend

-- 10:875 -- [Page originale]

que cet arbre est dans sa force à vingt ou vingt - cinq ans, & que sa durée va jusqu'à quarante - cinq ou cinquante, & même plus loin lorsqu'on a soin de le soutenir par la taille.

La feuille du mûrier blanc est le seul objet de la culture de cet arbre. Elle est la seule nourriture que l'on puisse donner aux vers à soie; mais outre cet usage, cette feuille a toutes les qualités de celles du mûrier noir. Voyez ce qui en a été dit.

Les mûres que produit cet arbre ne peuvent servir qu'à nourrir la volaille; elle les mange avec avidité, & s'en engraisse promptement.

Le bois du mûrier blanc sert aux mêmes usages que celui du mûrier noir, & il est de même qualité, si ce n'est qu'il n'est pas si compact & si fort; de plus, on en fait des cercles & des perches pour les palissades des jardins, qui sont de longue durée. On se sert aussi de ce bois en Provence pour faire du merrain à futailles pour le vin, mais il faut qu'il soit préparé à la scie, parce qu'il se refuse à la fente. On peut encore tirer du service de toute l'écorce de cet arbre, non - seulement pour en former des cordes, mais encore pour en faire de la toile; l'écorce des jeunes rejettons est plus convenable pour ce dernier usagé. Comme le mûrier pousse vigoureusement, & qu'on a souvent occasion de le tailler, on peut rassembler les rejettons de jeunes bois les plus forts & les plus longs qui sont provenus des tontes ou d'autres menues tailles; les faire rouir comme le chanvre, les tiller de même; ensuite seraner, filer, façonner cette matiere comme la toile. La même économie se pratique en Amérique. M. le Page, dans ses mémoires sur la Louisiane, dit que le premier ouvrage des filles de huit à neuf ans, est d'aller couper, dans le tems de la seve, les rejettons que produisent les mûriers après avoir été abattus; qu'elles pelent ces rejettons qui ont cinq à six piés de longueur, ensuite font sécher l'écorce, la battent à deux reprises pour en ôter la poussiere & la diviser; puis la blanchissent & enfin la filent de la grosseur d'une ficelle. Quelques auteurs modernes prétendent qu'on pourroit employer le mûrier blanc à former du bois taillis; qu'il y viendroit aussi vîte, & y réussiroit aussi - bien que le coudrier, l'orme, le frène & l'érable; mais on n'a point encore de faits certains à ce sujet.

Le mûrier d'Espagne est de la même espece que le mûrier blanc; c'est une variété d'une grande perfection que la graine a produit en Espagne. Il fait un bel arbre, une tige très - droite, & une tête réguliere; sa feuille est beaucoup plus grande que celle des mûriers blancs ordinaires de la meilleure espece; elle est plus épaisse, plus ferme, plus succulente, & toujours entiere, sans aucunes découpures. Les mûres que cet arbre produit, sont grises & plus grosses que celles des autres mûriers blancs, sur lesquels on peut le multiplier par la greffe en écusson, qui réussit très - aisément; mais cette fouille ne convient pas toujours pour la nourriture des vers à soie. On prétend que si on ne leur donnoit que de celle - là, il n'en viendroit qu'une soie grossiere; cependant on convient assez généralement qu'on peut leur en donner quelques jours avant qu'ils ne fassent leurs cocons, & que la soie en sera plus forte & toute aussi fine.

Le mûrier de Virginie à fruit rouge, c'est un grand & bel arbre qui est rare & précieux. Il faut le soigner pour lui faire une tête un peu réguliere, parce que ses branches s'élancent trop; son écorce est unie, lisse & d'une couleur cendrée fort claire. Ses feuilles sont très - larges, & de neuf à dix pouces de longueur, dentelées en maniere de scie, & terminées par une pointe alongée; leur surface est inégale & rude au toucher; elles sont moëlleuses, tendres, d'un vert naissant, & en général d'une grande beauté. Elles viennent douze ou quinze jours plûtôt que celles du mûrier blanc. Dès la mi - Avril l'arbre porte des chatons qui ont jusqu'à trois pouces de longueur; à la fin du même mois, les mûres paroissent, & leur maturité s'accomplit au commencement de Juin; alors elles sont d'une couleur rouge assez claire, d'une forme conique alongée, & d'un goût plus acide que doux; mais elles n'ont pas tant de suc que les mûres noires. Cet arbre porte des chatons, ^dès qu'il a trois ou quatre ans; cependant il ne donne du fruit que huit ou neuf ans après qu'il a été semé. Ce mûrier est aussi robuste que les autres, lorsqu'il est placé à mi - côte ou sur des lieux élevés; mais quand - il se trouve dans un sol bas & humide, il est sujet à avoir les cimes gelées dans les hivers rigoureux. Son accroissement est du double plus prompt que celui du mûrier blanc; il réussit aisément à la transplantation, mais il n'est pas aisé de le multiplier. Ceux que j'ai élevés, sont venus en semant les mûres qui avoient été envoyées d'Amérique, & qui étoient bien conservées. Les plantes qui en vinrent, s'éleverent en trois ans à sept piés la plûpart; & en quatre autres années après la transplantation, ils ont pris jusqu'à quinze piés de hauteur, sur sept à huit pouces de circonférence. Ces arbres dans la force de leur jeunesse poussent souvent des branches de huit à neuf piés de longueur. Les mûres qu'ils ont produites en Bourgogne, & que j'ai semées jusqu'à deux fois, n'ont pas réussi. Seroit - ce par l'insuffisance de la fécondité des graines, ou le succès aura - t - il dépendu de quelques circonstances de culture qui ont manqué? C'est ce qui ne peut s'apprendre qu'avec de nouvelles tentatives. Cet arbre se refuse absolument à venir de boutures, & la greffe ne réussit pas mieux. Il est vrai qu'elle prend sur les autres mûriers, mais il en est de cette greffe comme Palladius a dit de celle du mûrier blanc sur l'orme, parturit magna infelicitatis augmenta; elle va toujours en dépérissant.

Il n'y a donc actuellement d'autre moyen de multiplier ce mûrier, que de le faire venir de branches couchées; encore faut - il y employer toutes les ressources de l'art; les marcotes, les serres, au moyen d'un fil de fer, & avec le procédé le plus exact, n'auront de bonnes racines qu'au bout de trois ans. En coupant les jeunes branches de cet arbre, & en détachant les feuilles, j'ai observé qu'il en sort un suc laiteux assez abondant, un peu corosif & tout opposé à la seve des autres mûriers, qui est fort douce. C'est apparemment cette différence entre les seves, qui fait que la greffe ne prend pas sur le sujet. La feuille de ce mûrier seroit - elle convenable pour la nourriture des vers, & quelle qualification donneroit - elle à la soie? c'est ce qu'on ne sait encore aucunement. Cet arbre est en seve pendant toute la belle saison, & jusque fort tard en automne; ensorte que les feuilles ne tombent qu'après avoir été frappées des premieres gelées.

Le mûrier de Virginie à feuilles velues. On n'a point cet arbre encore en France; il est même extremement rare en Angleterre. Presque tout ce qu'on en peut savoir jusqu'à présent, se trouve dans la sixiéme édition du dictionnaire des Jardiniers de M. Miller, auteur anglois, qui rapporte que les feuilles de ce mûrier ont beaucoup de ressemblance avec celles du mûrier noir, mais qu'elles sont plus grandes & plus rudes au toucher; que l'écorce de ses jeunes branches est noirâtre, comme les rameaux du micocouiller; qu'il est très - robuste; qu'il y en a un grand arbre à Fulham, prés de Londres; que cet arbre a quelquefois donné un grand nombre de chatons semblables à ceux du noisetier, mais qu'ils n'ont jamais porté de fruit; que les greffes qu'on a

-- 10:876 -- [Page originale]

essayées sur le mûrier blanc & sur le noir, n'ont pas réussi, & que, comme l'arbre est élevé, on n'a pas pû le faire venir de branches couchées. Au rapport de Linnoeus, les nouvelles feuilles de ce mûrier sont extremement velues en - dessous, & quelquefois découpées, & ses chatons sont de la longueur de ceux du bouleau.

Le mûrier noir à feuilles panachées. C'est une belle variété, la seule que l'on puisse employer dans les jardins pour l'agrément. Cet arbre pourroit trouver place dans une partie de bosquets où l'on rassemble les arbres panachés; il a de plus le mérite de la rareté. On peut le multiplier par la gresse lur le mûrier noir ordinaire. M. d'Aub. le Subdélégué.

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de Gens de lettres (1751-1772)
Publié sous la direction de Diderot et d'Alembert
Scanné et mis au format électronique par l'Université de Chicago

  Rubrique Connaissance


Achat d'arbres/arbustes



Achats d'arbres et arbustes en ligne :

Planfor
Jardin du Pic vert


 4,50 €
descriptif d'achat Planfor

 7,15 €
descriptif d'achat Jardin du pic vert

Toutes les offres d'achat :

ajouter votre commentaire

notez les arbres/arbustes

écrire ou rejoindre les amis des arbres
     · Plan du site · Glossaire · Forum · Liens ·