Puis ils entrèrent, des flamants qui les survolaient les saluant des coups appuyés de leurs claquesons, dans une forêt aux troncs énormes, et serrés tellement, pourvoyeuse dès lors de tels échos, qu'il la décréta primaire, encore plus primaire que les autres dans le Pays, forêt surgie à la première heure du Nouveau Monde et depuis lors inchangée, intacte, comme si le temps n'avait pu passer, mordre ou qu'elle l'eût refoulé et Oregon se pensa dans une cathédrale (la cathédrale sans doute inventée à partir de la forêt primaire) et, en hommage à la partition qu'exécutaient les merles, grives, fauvettes et autres troglodytes musiciens, il baptisa cette partie de la forêt Grand Concert. (p37)
[...]

Parler comme Geronimo...
Toujours, ce sentiment, chez lui, qu'ils montaient, mais de façon si insensible... Ils venaient d'accéder à un paysage caressé de lune et d'ombres où il crut reconnaître l'odeur des pins ponderosa et au moment où il allait le dire avec l'adjectif usé - mais peut-être inévitable ? - comme une fois déjà : Bal... à cause des baumes sans pareils du ponderosa, il quêta du côté de l'Oregon du dedans (réponse : Ça va pour cette fois encore mais c'est la dernière...) et, fort de son assentiment, lâcha : Balsamique - le parfum balsamique des pins ponderosa, qu'il respirait, respirait...
À présent bien levée et rayonnante, la lune dispensait une lumière blanche qui, Oregon découvrait le rapt en s'efforçant de distinguer dans la nuit, s'était saisie des arbres alentour, des buissons, des roches, tout ce qui avait corps et forme aussi loin qu'il pût voir et on eût dit que le monde n'était rien que le lait inépuisable d'un seau tombé de la Voie là-haut.
Il brossa longuement Appaloosa, la jument comme pénétrée par la douceur, la laiteur de l'endroit où il avait décidé de bivouaquer puis il chercha du feuillage, trouva des arbres de soie, sur leurs troncs préleva quelques tiges, les assembla, s'allongea et, après le passage de la quatrième étoile filante (toutes les quatre, pensa-t-il, de la constellation de Persée), longue queue étincelante qui soudain barra la voûte du ciel, s'endormit dans le duvet de feuilles plumeuses que lui faisait la soie de l'arbre. Il ne s'éveilla qu'une fois, pressentant une grande chose, dans le ciel encore et, regardant vers l'ouest, il découvrit à l'horizon, en bas à droite des étoiles du carré de Pégase, une comète qui se dirigeait vers le Verseau. Tantôt à l'œil nu et tour à tour à l'aide des jumelles et de la lunette, il sut qu'il allait rester avec elle, à la suivre, une partie de la nuit.
p 45-46
[...]

Il notait des alfas, des bambous, des armoises, des caroubiers, des Vigna marchali, dans ce pays climacique, à la fois maquis, garrigue, crau et savane, puis il contourna un peuplement de plaqueminiers, un autre de balisiers et un troisième d'araucarias : autour des troncs géants s'enroulaient des volubilis qui, leurs corolles en trompette et leurs couleurs relevant d'une palette sans doute inépuisable, essaimaient bas et portaient haut une odeur où Oregon reconnaissait, rustique et vespérale, une fumée de bois. Appaloosa souvent arrêtée, il tentait d'intérioriser la beauté, la variété, la nouveauté, la prodigalité exubérante de ce qu'il découvrait, reconnaissait pour l'avoir lu ou imaginé ou espéré ou attendu ou rêvé, à ce jour jamais vu dans le monde d'avant la Frontière et, s'il l'avait pu, il aurait fouillé, gratté en lui, joué, frénétique, de ses mains comme le blaireau de ses pattes, à la recherche des plaques les plus sensibles de son être, partout où elles se trouvent, dans le sang, le cerveau, le cœur pour leur imprimer, à jamais, en le désirant fort, en appuyant fort, les étendues de kermès, les micocouliers, les pamplemoussiers, les limoniers, les chênes verts et les chênes pubescents, les champs d'aloès avec leurs raquettes en l'air, les orchidées avec leurs fleurs en bulbes de minarets et la sauge et le genévrier, les eucalyptus et les agaves, les bougainvillées et les flamboyants, nature inépuisable tour à tour dans l'argile, le schiste, le calcaire, la silice, enfin le grès dont Oregon aimait la majesté austère et comme Appaloosa, par un écart, évitait une famille de toucans tocos, qui traversait sans même, semblait-il, les remarquer, il ne douta plus, à découvrir que la jument appuyait sur ses jambes devant, qu'ils montaient.(p 49)

C'est un peu après ce monologue qu'il reconnut des fougères arborescentes, des ficus géants, des banians aux troncs qui semblaient hésiter entre le minéral et le végétal et dont l'écorce rappelait la peau de quelque pachyderme.
Ils parcouraient un monde de grimpants, comme si la hauteur appelait à plus haut encore, le long d'une chaîne de volcans éteints qui portait une masse vert sombre, inextricable forêt de cèdres et de conifères, aux troncs larges de trois mètres enlacés de fougères, de mousses, d'orchidées. Oregon n'avait encore jamais vu et sans hésiter reconnaissait, pour les avoir lues, imaginées, adoptées, colonisées et passées à l'Oregon du dedans à des fins de commentaires éblouis, les nébuleuses, ces forêts constituées de garoès, arbres capteurs de l'eau des brouillards, qu'ils répandaient ici en gouttelettes... Merveille. L'eau dévalait des sommets et la vision, dans une déchirure géante de la brume, de forêts comme ramassées sur elles-mêmes, tant les arbres se pressaient les uns contre les autres, le projeta dans le XVIe siècle, où il aimait si fort aller et venir, n'importe où pourvu que ce fût loin dans le monde inconnu et il se vit Pedro Mascarenhas, marin portugais le jour de son atterrissage dans cette île que les observateurs arabes ne connaissaient que de loin, peur d'aborder, eux : la Réunion, où il s'attarda un moment, dans les balisiers, les arums, les gingembres blancs et dans de grandes formes digitées et aciculaires. Puis Oregon dériva plus loin, accédant, par les arbres fossiles et les fouillis de lianes et de bulbes tout autour de lui, à une préhistoire où l'appaloosa s'enfonça, Oregon écartant et renvoyant à leur luxuriance les feuilles géantes des gunneras, les plumes d'autruche de l'osmonde royale, surgie ici de la nuit des temps, les tiges interminables, qui le réjouissaient, du gloriosa, s'émerveillant à traverser les fougères et les cycas, dans un parfum si léger de mousse humide qu'Oregon se demanda s'il pouvait, à propos de cette fragrance en l'air, la dire aérienne sans risquer le pléonasme et Oregon (celui du dedans), comme deux fois déjà : Vas-y.
Ils étaient entrés dans un paysage tourmenté de régalite, se rapprochant de plus en plus, et les voyant de mieux en mieux, des deux pics, en quelque sorte des pics supérieurs, plus hauts encore que Zibeline et Zinzolin et avec l'autre Oregon qui approuvait sans réticence, il les déclara en majesté, sans doute depuis leur surrection et en majesté à jamais, si purs dans leur élancement, si éclatants sous le soleil et dans la neige que par analogie avec les deux styles qu'il estimait les plus rigoureux de la langue française, il les appela Paulhan l'un et Caillois l'autre.
Là-bas et là-haut, effilés à presque trouer le ciel, où ils montaient comme portés chacun par une longue phrase lumineuse, une grande langue de neige, le pic — ou l'aiguille — Paulhan et le pic — où l'aiguille — Caillois. Dans le Pays, là. Au Nouveau Nouveau Monde. À jamais. Dans la pierre qui assure leur éternité et par la reconnaissance d'Oregon, ce double baptême. À peine avait-il rentré le cahier où il venait de porter leur nom et de tracer une ligne, qu'il lui sembla découvrir, dans le ciel au-dessus de Paulhan. (p61-62)


Yves Berger
Immobile dans le courant du fleuve

Divertissements


Achat d'arbres/arbustes



Achats d'arbres et arbustes en ligne :

Planfor
Jardin du Pic vert

Un texte (poème, extrait de roman, proverbe, extrait de la Bible) au hasard

Liste des poèmes sur les arbres

1000 poèmes

Paroles de Chansons
Banville
blagues
Bobin
Bonnefoy
Chateaubriand
Delille
Druides
Du Bellay
Épicure
Fétat
Fiechter
Goethe
Gilgamesh
Haïkus
Herrera
Lacéppede
Lafresnay
La feuille
Lamartine1
Lamartine2
Lamartine3
Le baron perché
Le combat des arbres
La Mort et le Bûcheron
Le Chêne et le Roseau
Le Roi des Aulnes
Légendes
Le May
Lenoir
Maynard
Madame Bovary
Musset
Nerval
Nouvelle
Le Platane
Poème arménien
Poème égyptien
Poème libanais
Poème roumain 1
Poème roumain 2
Proverbes
Bill Reid
Rimbaud
Ruse celtique
Saint-Exupéry
à propos de Sisley
Stanescu
Les grenades
Palme
Verlaine1
Verlaine2
L'heure exquise
Victor-Hugo1
Victor-Hugo2
Victor-Hugo3
Victor-Hugo4
Vlasto

écrire ou rejoindre les amis des arbres
     · Plan du site · Glossaire · Forum · Liens ·